La philosophie, de la Terminale au CM2

      Dans le cadre d’une sensibilisation à la philosophie, Ryan Bou-Obeid, élève de terminale a rendu visite aux élèves de CM2 pour leur expliquer « le mythe de la caverne de Platon ». Cela a mené à un débat autour de la notion de “vérité” en se basant sur des exemples divers : les « fake news » sur internet, “Facebook” mais aussi la notion d’obscurantisme et d’extrémisme.

      A leur tour, les élèves de CM2 ont présenté à Rayan une mise en scène d’un autre mythe de Platon : “le mythe de l’anneau de Gygès” qui pose la question suivante : « Faisons-nous le bien seulement par peur d’être puni ? »

     De nombreux autres débats ont découlé de l’étude de ces deux mythes. Les questions posées sont venues de l’enseignante mais également des enfants : « Peut-il y avoir une raison de tuer ? » (En lien avec notre étude de la première guerre et les actualités) « Qu’est ce qui est normal ou pas normal ? » et enfin, « A-t-on toujours besoin d’un chef ? ».

Pour cette dernière question les enfants ont produit des textes argumentatifs en utilisant le vocabulaire étudié pour « exprimer sa pensée ». 

Nous vous les présentons ici. 

Bravo pour leur réflexion !!

******

A-t-on toujours besoin d’un chef ?

A mon avis, on a toujours besoin d’un chef car il permet d’organiser le groupe. Par exemple, lorsque des personnes ont des rôles à jouer à différents moments de la journée, le chef vérifie que chacun effectue sa tâche au moment où il doit le faire. De plus, le chef a de plus grandes responsabilités, ainsi, il peut régler des affaires importantes que d’autres ne pourraient pas accomplir. Enfin, le chef a normalement été élu donc la majorité des personnes sont d’accord avec lui et lui font confiance. 

En revanche, si un chef prend le pouvoir de façon illégitime, il peut abuser de son autorité et cela peut créer de l’injustice. Par exemple, il peut s’octroyer des privilèges, de l’argent ou encore des richesses et limiter les libertés. 

Enfin, un groupe peut aussi se répartir les rôles sans qu’il y ait forcément un chef. Selon moi, on a besoin d’un chef seulement dans certaines situations et s’il est juste et bon et que les personnes du groupe lui font confiance.

Clémence

A-t-on toujours besoin d’un chef ?

Je pense que l’on a besoin d’un chef car il peut nous guider, il peut nous enseigner des choses et nous aider pour prendre des décisions. Si le chef est élu par des personnes, c’est quelqu’un en qui on peut avoir confiance.

En revanche le chef peut devenir un dictateur, il peut supprimer les droits, promulguer des lois injustes et se glorifier pour des choses qu’il na pas faites.

Selon moi, on n’a pas forcément besoin d’un chef car on peut avoir nos propres droits et être ouvert d’esprit pour vivre ensemble et coopérer.

Myeisha Kalghatgi

A-t-on toujours besoin d’un chef ?

On peut avoir besoin d’un chef pour plusieurs raisons : il nous permet de savoir ce que l’on a à faire, la plupart du temps, on est mieux organisés et il nous rappelle notre travail à faire. Par exemple, s’il n’y avait pas de maîtresse dans la classe, il n’y aurait pas de discipline. Un chef peut également permettre de résoudre les conflits entre les personnes car il est une référence, il est là pour nous aider. Enfin, on est aussi sous la protection du chef : il est responsable de notre sécurité. 

En revanche, on peut être en désaccord avec le chef, quand on n’aime pas le chef car il est injuste, ou qu’il n’est pas venu au pouvoir par le vote, mais par la force. Parfois on n’a pas envie de lui obéir car on n’a pas les mêmes pensées. Par exemple : le chef nous dit de faire quelque chose contre notre avis et on est obligé de le faire. Le chef peut aussi être stressant : on peut se sentir nerveux lorsqu’il nous presse de faire quelque chose d’important qui demande beaucoup de concentration, alors on peut être stressé, nerveux et déconcentré. 

Selon moi, on a besoin d’un chef s’il est venu au pouvoir légitimement et si il est juste et ouvert d’esprit.

Ananya

A-t-on toujours besoin d’un chef ?

Oui, on a besoin d’un chef s’il est élu et qu’il écoute les autres. Par exemple il peut organiser des réunions afin de connaître les opinions de chacun. De plus, il peut motiver le groupe qu’il dirige, et organiser les tâches. Par exemple une école sans directeur ou directrice aura une mauvaise gestion, des problèmes d’argent et un manque de motivation.

En revanche, si le chef prend le pouvoir de façon illégitime et en abuse en ne laissant pas les autres penser ce qu’ils veulent et se considère comme supérieur aux autres, alors il vaut mieux ne pas avoir de chef. En effet dans certains pays dictatoriaux des personnes sont tuées ou emprisonnées à cause de leur opinion.

Selon moi on peut suivre un chef, s’il est arrivé au pouvoir légitimement, qu’il dirige bien et qu’il a de l’expérience et qu’il n’abuse pas de son pouvoir en devenant dictateur.

Georgio

Je vois la vie en rose

Mardi 29 janvier en partenariat avec l’Alliance française de Bombay, les élèves du CE2 à la 6ème ont participé à des ateliers d’écriture et d’illustration encadrés par Anne-Claire Levêque et Emilie Carmatte, elles mêmes auteure et illustratrice de littérature de jeunesse.

Les enfants étaient très impressionnés de rencontrer des “vraies” écrivains ! 

Anne-Claire a choisi de faire écrire nos élèves à partir d’expressions idiomatiques de la langue française: les plus jeunes ont produit de petites bandes dessinées quand les plus grands ont imaginé des scènettes humoristiques. Chaque groupe a pu illustrer ses expressions avec Emilie qui a partagé ses techniques de collage, de cadrage et de dessins.

En une journée les enfants ont imaginé de jolies oeuvres pétillantes d’humour, ils se sont appropriés les techniques proposées et se sont beaucoup amusés !

Cliquez ici pour accéder à l’article publié par Isabelle Bonsignour dans Le Petit Journal.

Enlever sa chaussure pour la dessiner le plus en détails possible durant 2 heures.

En début de séance l’effet surprise incite chaque élève à se prendre très vite au jeu, trop fiers de montrer leur dernier modèle à la mode ! “Si la chaussure est vieille et usée, il faut la dessiner telle qu’elle est ! » La concentration est à son apogée. Pas de mouche ici en Inde, sinon nous les entendrions voler !

Zeina a un peu froid aux pieds, Magnolia s’applique à détailler toutes les matières à répertorier,  … surtout ne pas oublier les ombres portées avant que le timing ne soit achevé ! Rien oublié ? les crayons ont sacrément bien gratté ! …Les pieds n’ont pas transpiré ! Soulagement : pas d’odeur à noter !

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

1918-2018 : Centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale

Depuis le début de l’année scolaire, les élèves de CM2 ont étudié la première guerre mondiale afin de commémorer les 100 ans de l’armistice du 11 novembre 1918.

Ils ont découvert le contexte dans lequel s’est déroulé cette guerre et les conditions de vie effroyables des soldats au front et des familles restées à l’arrière.

Après avoir lu plusieurs lettres de “poilus”, il ont à leur tour rédigé une correspondance entre le front et l’arrière.

Le 13 novembre 2018, ils ont eu l’honneur de lire certaines d’entre elles lors de la visite de Madame la consul de France et d’accompagner son discours de paix autour du centenaire de l’armistice. C’était un évènement solennel et émouvant partagé par toute l’école.

Les élèves de 3ème ont présenté une expo photos sur les différents acteurs de la guerre afin que chacun puisse se souvenir, en cette année du centenaire de la signature de l’Armistice qui a mis fin aux combats.

Les élèves ont tenu à présenter les terribles conditions de vie des soldats dans les tranchées, mais aussi d’autres aspects, moins connus, comme le rôle des femmes dans la guerre, la présence de nombreux soldats indiens ou encore le mouvement spontané de solidarité entre soldats ennemis lors du soir de Noël en 1914.

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Février 2018 : Séjour culturel à Jodhpur pour les élèves de l’Efib.

 

Découvrir la culture indienne à travers un voyage scolaire de 5 jours pour les élèves de l’Efib (de la sixième à la terminale).

Au programme : festival de musique Soufie dans le magnifique fort de la ville bleue et immersion d’une journée dans un atelier d’impression textile pour chacun créer sa propre pièce, avec la fameuse technique du « block-print » sous les précieux conseils des artisans locaux.

Visite de la ville et de son patrimoine historique.

consulat01

Découverte des spécialités culinaires locales, dîners aux chandelles au pied du « step-well » ou dans les somptueuses salles du fort.

Programme musical du festival infiniment varié et qualitatif dans des endroits rêvés.

 

consulat002

 

Rencontre incroyable avec le Maharadjah de Jodhpur.

Expérience artistique et culturelle sans pareil.

L’occasion de rentrer avec des carnets de voyage bien remplis avec une soirée projection « Jodhpur, le retour » à l’appui, organisée à l’école pour les familles.

maharaja

Esquissons déjà un nouveau projet pour l’année scolaire à venir…

En Inde, nous ne sommes jamais à court d’idée !

 

LINK vidéo ici :

 

 

L’EFIB finaliste dans le festival du court-métrage scientifique

L’EFIB dans la final du Festival du Court-métrage Scientifique avec le film de Magnolia, Reno, Alix et Julie “The Big Bang Theory – Are You Thirsty”.

L’équipe du Festival vous remercie tous chaleureusement, professeurs référents et élèves pour votre participation.

Nous nous réjouissons d’avoir reçu cette année des courts-métrages du monde entier ce qui reflète une belle dynamique scientifique et cinématographique au sein des écoles du réseau français.

Face aux nombreux courts-métrages de qualité, tous aussi riches que variés, nous avons dû toutefois procéder à une sélection, à découvrir à travers cette vidéo :

Les finalistes de la section Collège : http://www.saintex-lfm.org/festival-du-court-metrage-scientifique/edition-2018/selection-college/

La grande lessive de l’Efib

Avons eu un plaisir fou à travailler sur la grande lessive et imaginer notre journée étendage.
Nos 23 collégiens ont travaillé pendant leur cours d’arts plastiques durant plusieurs semaines dans le soucis de faire une belle expo « partageable » avec le monde entier.
Le final s’est concrétisé par une journée expo magnifique au sein de l’école : l’étendage; une journée pas comme les autres, où chacun (parents, élèves de la maternelle au lycée, professeurs…) venait jeter unoeil, tourner un bout de film en solo ou en groupe, jouer, commenter, écrire ses impressions dans le livre d’or ou encore discuter dans ce nouveau décor, … sensation de bien être total !
Formidable échange autour de toutes ces créations. Un enthousiasme général ! Quelle bouffée d’art !!! Merci !

www.lagrandelessive.net

Le Mythe de la Caverne – Un Film ‘Stop Motion’ realisé par EFIB

C’est dans le cadre d’un projet d’échange sur la philosophie au sein de l’établissement (Tous Philosophes!) en collaboration avec les professeurs de philosophie, de francais et de technologie que nous avons décidés de créer ce court-métrage.

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Nous avons utilisés la technique de stop-motion avec des personnages en Lego afin de raconter le mythe de la caverne de Platon. Ici le film:

Tous Philosophes!

Tous philosophes !

Cette année, les élèves de CM2 ont la chance de participer au projet “Tous philosophes” organisé par la professeur de terminal de l’EFIB.

Tout à commencé avec une présentation des élèves de terminal aux élèves de CM2 du fameux « Mythe de la caverne » de Platon. Après nous avoir raconté l’histoire, les élèves ont mis en scène le mythe et ont participé à un débat. Par la suite, ils l’ont reformulé à l’écrit.

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

En échange, les élèves de CM2 ont présenté un autre mythe de Platon, « L’anneau de Gygès » aux élèves de terminal puis aux élèves de 1ère et à ceux de 6ème.

Les enfants l’ont mis en scène puis ont proposé à leur public un débat autour des questions portées par ce mythe : Les hommes font ils de bonnes actions seulement par peur d’être puni ? peut-on être heureux lorsque l’on commet un crime ? Doit-on tout faire pour assouvir ses désirs ?

Enfin les CM2 ont eu à réécrire ce mythe à la première personne, comme s’ils étaient Gygès.

Voici quelques-unes de leurs productions :

Le Mythe de la caverne de Platon par Fantin

Nous sommes assis devant le mur, ligotés, la température est bonne ni trop chaud ni trop froid. Derrière nous certains disent qu’il n’y a rien, moi je n’y crois pas, car parfois nous pouvons voir des ombres, parfois ça rssemble à des hommes avec des objets. Si je me détache et que je me lève les crampes que j’ ai couvées trop longtemps en restant assis frapperont sur mon corps, mais si je reste je ne connaitrais que ce mur et je pense que ce n’ est pas ça, accomplir sa vie. C’ est décidé, je sors, et rien ne m’ en empêchera. Je me déligote, je me lève et là mes crampes frappent d’ un coup sec, je suffoque, j’ hésite à continuer, je me retourne le soleil me brûle les yeux. J’ essaye de me couvrir avec mes bras mais les crampes m’ en empêchent Je fais un pas, on dirait que les os de mes jambes sont en train de se replacer, je me mets à marcher, mes os s’habituent au changement, je commence à prendre un rythme régulier, j’ arrive â trottiner, dans quelque heures je pense que je serais en état de courir. Enfin je suis à quelques mètres de la sortie, je sors de la caverne et là je découvre le paradis terrestre: les oiseaux chantent le soleil brille, l’ air est pur et l’ herbe chatouille les pieds. Je saute, je me roule par terre, j ai l’air d un fou mais ce n’est pas grave, je suis si heureux. A un moment je me dis que ce n est pas juste de ne pas partager toutes ces belles choses avec les autres: vite je redescends dans la grotte. Au bout d une demie heure j’ arrive auprès de mes compagnons ils étaient tous en train de regarder le mur. Si je n avais pas été dans cette situation la je les aurais pris pour des fous.

 

Le mythe de la caverne de Platon par Pierre

 

Dans une caverne, il y avait des prisonniers qui ne pouvaient voir qu’un mur. Sur ce mur, se réfléchissaient des ombres et les prisonniers entendaient des bruits derrière eux.

Un jour, l’un d’eux en eu assez de regarder toujours ce mur et décida de se déligoter et de marcher vers la sortie de la caverne. Quand il arriva a l’extérieur, il fut ébloui par la lumière. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il vit le soleil et les arbres. Il retourna dans la caverne pour aller prévenir les autres. La route était encore plus difficile qu’a l’aller car ses muscles devenaient de plus en plus faibles. Lorsqu’il arriva il tenta de convaincre ses amis en vain. Certains l’écoutèrent, d’autres préférèrent rester dans la caverne.

 

 

Le mythe de la caverne de Platon par Arthur

 

Dans une caverne des prisonniers étaient enchainés et ligotés. Ils ne pouvaient seulement regarder un mur sur lequel des ombres défilaient grâce à un feu.

Un jour un prisonnier en a eu assez de regarder ce mur, il s’est déligoté et s’en est allé. Le tunnel de la caverne était long et étroit, il y avait de nombreux cailloux qui le faisaient trébucher. Quand il est arrivé à l’extérieur il a été ébloui par le soleil mais il a enfin vu la réalité : les arbres, les fleurs, le ciel, la lumière… Il est retourné voir les autres prisonniers et il leur a tout raconté. Certains d’entre eux l’ont suivi malgré la difficulté du chemin, d’autres sont restés car ils ne croyaient pas ce qu’il disait et ils préféraient rester dans la caverne qu’ils connaissaient si bien.

 

 

Le mythe de la caverne de Platon par Ander

 

Il était une fois des prisonniers attachés dans une caverne qui ne regardaient qu’un mur. Un jour l’un d’eux s’est détaché, il est sorti de la caverne, il était essoufflé de marcher. Dehors, il a vu des arbres, des fleurs, de l’herbe et le soleil. Il est retourné dans la caverne et a raconté à ses compagnons qu’il vue des choses incroyables. Certains ont accepté de le suivre mais d’autres non.

 

 

Le Mythe de la caverne de Platon par Alix

 

Cette histoire se déroule dans une caverne ou étaient ligotés des prisonniers. Ils vivaient paisiblement: tous les jours ils regardaient la même chose, un mur sur lequel étaient projetées des ombres de la réalité. Ils croyaient que ce qu’ils voyaient était vrai alors que ce n’était que des ombres provenant de l’extérieur.

Un jour l’un d’entre eux se demanda ce qu’il y avait derrière lui, il voulait savoir. Il parvint à se déligoter. Il se leva et retomba aussitôt, il se releva et retomba. Pour la dernière fois il se reprit et commença à marcher jusqu’à voir de la lumière. D’abord il fut ébloui puis, quelques minutes plus tard, il réussit à ouvrir les yeux. Il vit des arbres, des papillons, des fleurs et même des champignons. Il resta deux heures à observer tout cela. Puis il revint à la caverne et il expliqua à tous les autres ce qu’il avait vu. Il leur demanda s’ils voulaient venir avec lui. Certain furent convaincus et d’autres non.

 

 

La mythe de l’anneau de Gygès:

 

Gygès 

 

Je m’appelle Gygès et je suis berger. Un jour alors que j’enferme mes moutons dans leur enclos parce qu’il pleut (la pluie stresse mes moutons), surgit un tremblement de terre et le sol se fend. Un de mes moutons tombe dans un trou, je vais voir car je suis curieux. Entre autre merveille je découvre un magnifique cheval de bronze percé de petites portes. Je descends dans le trou et je vois un cadavre, sur son doigt se trouve une bague en or, je la prends puis je pars sans prendre autre chose.

Chaque mois il y a une réunion où l’on informe le roi de l’état de nos troupeaux. Nous discutons pendant que le roi n’est pas là. Sans faire exprès je tourne le chaton de ma bague, mes amis parlent de moi comme si j étais parti. Je retourne le chaton et le même prodige se reproduit une seconde fois, je deviens invisible.

Alors, Je me glisse parmi les messagers, Je vais voir la reine, et nous complotons la mort du roi. A la fin de la réunion le roi rentre au château et je le tue. C’est à ce moment-là que j’obtiens le pouvoir

 

Arthur

 

 

L’anneau de Gygès  

 

Je me baladais tranquillement dans mon champ en pensant à Fleurette, ma pauvre petite chèvre qui a rejoint grand mama au ciel il y a deux semaines. Soudain, l’orage se mit à gronder et le sol se fendit en deux. Tous mes moutons étaient en panique et se cachaient dans tous les sens. Pepito, mon plus jeune male, se rendit dans la grande faille qui s’était formée lors de l’orage. Alors, comme je suis un berger fidèle a mes moutons, je l’ai suivi et j’y découvris un magnifique cheval de bronze qui, à mon avis, si je le vendais, me ferait gagner plein d’argent et grand mama serait très fier de moi, son unique et favori petit fils, devenu riche. J’y découvris aussi un énorme cadavre qui paraissait plus grand que celui d’un homme.(…)

 

Capucine

 

 

L’anneau de Gygès

 

Je m’appelle Gygès, je suis un éleveur de moutons. Un jour que j’étais dans un champ à faire paître mes moutons, le sol se fendit et dans cette fente  je découvris un cheval de bronze avec à l’intérieure un cadavre. Il était de taille plus grande que celle d’un homme. A sa  main  il y avait une bague, je la pris et partis sans prendre rien d’autre.

Un jour je me rendis à une réunion avec le roi et les autres éleveurs de moutons. Je tournai le chaton vers l’intérieure puis vers l’extérieure, les autres me demandèrent où j’étais passé, je leur dis que j’étais resté là. Je réalisai que la bague pouvait me permettre de devenir invisible. Donc je me dis que j’allai séduire la reine et comploter la mort du roi. Je le tuai et j’obtins le pouvoir.

 

Pierre

 

Gygés 

Je suis Gygés,

Un berger plein de pauvresse,

Mon toit me protège de l’orage,

Mais un tremblement de terre a fait rage

 

J’y descendis intrigué,

Et je vis achevé un cheval de bronze,

Épaté par la bête,

Avec une idée en tête,

 

Je la découpais pour manger,

Mais â l’intérieur gisait,

Un cadavre décomposé,

 la main il portait,

 

Une bague enveloppée,

D’or et de rochers,

Elle avait un pouvoir,

Qui permettait de ne pas se faire voir,

 

Il alla au palais,

Sans se faire remarquer,

Séduisit la reine,

Et obtint le pouvoir.

 

Fantin

Ma demi-journée passée à l’école d’Hill Spring 

 

D’abord, nous nous sommes rendus a Hill Spring en car, ce qui nous a pris environ vingt minutes. Lorsque nous sommes arrivés, une dame nous a conduit dans une petite salle avec une télévision et des banquettes. Quelques minutes plus tard, une dame française qui était aussi professeur de français est rentrée dans la salle, nous a donné des badges « VISITEUR » et elle nous a invité à la suivre. Elle nous a emmené jusqu’à une salle de basketball. C’est dans cette salle que nous avons retrouvé les élèves de l’école allemande et ceux de l’école d’Hill Spring.  

Un petit quart d’heure plus tard, une autre professeur nous a intimé le silence et a prononcé le nom des groupes pour participer à la chasse au trésor. Dans mon groupe, le groupe D (c’est le nom de mon groupe), il y avait seulement Arthur que je connaissais mais mes autres camarades étaient très gentils et savaient à peu près parler en français. Il n’y avait personne de l’école  Allemande dans le groupe. 

Je vais vous expliquer les règles : 

  1. Vous n’avez pas le droit d’utiliser l’ascenseur pendant la chasse au trésor sinon vous êtes directement disqualifié.
  2. Vous n’avez pas le droit de laisser un retardataire du groupe à l’arrière.
  3. Si vous vous perdez dans l’un des bâtiments de Hill Spring ce n’est la faute de personne, seulement de la vôtre.

Après la chasse au trésor nous avons mangé plein de choses excellentes. Enfin nous sommes rentrés à l’école.   

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar